Basilique-Abbaye Saint-Martin d’Ainay

lyon-basilique-abbaye-saint-martin-d'ainay

Cette église mérite incontestablement sa place parmi la liste des monuments incontournables de Lyon par la portée religieuse et historique qu’elle renferme. Unique église romane de Lyon dont la construction remonte à la fin du XIème siècle, les archéologues s’accordent à dire qu’elle a été construite à l’emplacement d’une ancienne église du IXème siècle datant de l’époque carolingienne. Les moines de l’abbaye prétendent même que l’ancêtre de l’actuelle basilique daterait non pas du IXème siècle mais du Vème siècle et aurait été érigée à l’endroit-même ou les restes des Martyrs de Lyon auraient été découverts, ce qui confère un caractère d’autant plus sacré à cette église.

Rappelons que les Martyrs de Lyon constituent le premier groupe de chrétiens connu de Gaule sacrifié publiquement par les Romains en l’an 177 au sein de l’Amphithéâtre des Trois Gaules* pour avoir contredit l’ordre établi par l’empereur Marc-Aurèle et prêché une parole chrétienne allant à l’encontre du culte de Rome. Ce petit groupe de martyrs dirigé par Saint-Pothin et comptant en son sein Sainte-Blandine avait en effet pour mission et raison de vivre l’évangélisation d’une population gallo-romaine dont la foi était plus que fragile, après des siècles de superposition de croyances religieuses et de changements identitaires du fait de la colonisation romaine.

Elevée au rang d’abbaye sous la direction de l’abbé Gaucerand, cette église lyonnaise se distingue des autres par l’importance qu’elle a accordé au culte de Saint-Pothin et des Martyrs de Lyon. Elle jouait ainsi un rôle central dans la célébration de la Fête des Merveilles née sous l’initiative de Saint Badulphe et commémorant notamment les miracles associés aux Martyrs de Lyon et à Saint-Pothin le 2 juin de chaque année. Une représentation magistrale de Saint Badulphe est d’ailleurs visible sur l’absidiole de l’église.

Fortement amochée par les guerres de religions, en particulier lors des attaques féroces du baron des Adrets et de ses hommes de garde, l’abbaye Saint-Martin d’Ainay est néanmoins toujours restée debout. Elle a toujours joui d’une place particulière dans le cœur des Rois de France qui y séjournaient bien volontiers lors de leurs passages à Lyon. Henri IV et Marie de Médicis furent les premiers monarques à dormir dans l’abbaye à l’occasion de leur mariage qui se tint à Lyon et qui fut célébré en la Primatiale-Cathédrale Saint Jean-Baptiste. Louis XIII et son ministre Richelieu firent également une halte à l’abbaye. Enfin, Louis XIV séjourna à l’abbaye à quatre reprises durant son règne.

La Révolution n’épargna pas l’abbaye qui fut prise d’assaut par les révolutionnaires lyonnais. Cependant, à la différence d’autres édifices religieux, cette église ne fut pas détruite. Elle fut transformée en grenier à blé avant de retrouver sa fonction sacrée en 1802. En 1844, l’église fut classée Monument Historique. Soixante ans plus tard, le 13 juin 1905, elle fut élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie X.

N’hésitez pas à découvrir ce monument fort en symboles pour les Lyonnais. Vous pourrez y admirer de magnifiques mosaïques, sculptures, vitraux et peintures datant de la période romane. Vous pourrez également contempler les quatre colonnes romaines de l’autel de Rome et d’Auguste qui trônaient en l’an 12 avant J-C. sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse et qui entourent aujourd’hui le maître-autel.

  • Les monuments marqués d’un astérisque font l’objet de descriptions plus détaillées dans la rubrique « monuments insolites ».

 

11 Rue Bourgelat,

69002 Lyon

Leave a Comment